Ôlô, Un regard sur l'enfance ( En cours de création)
Théâtre de Marionnettes

Mise en scène et interprétation et construction des marionnettes :
Marie Julie Peters-Desteract et Judith Guillonneau

Aide à la mise en scène : Élise Ducrot

Le projet de création

Et si les « gribouillages » des enfants n’étaient pas des formes abstraites sans

signification ? 

Les enfants ne peuvent pas toujours nous expliquer ce qu’ils perçoivent mais ils nous offrent des traces concrètes de leur extraordinaire découverte du monde et d’eux-mêmes : des dessins. 

Élise, Judith et Julie sont fascinées : il y a là tant de matière à penser, à ressentir et à s’émouvoir. 

Avec leur prochaine création, un spectacle de marionnette : Ôlô, un regard sur l’enfance, dédié aux enfants comme aux adultes, les trois artistes nous plongent au cœur de l’enfance en mettant en scène le développement de la vie, la construction du rapport à soi et à l’autre, à travers la production iconographique des enfants.

Cette création sera nourri d’un travail de terrain, réalisé en complicité avec les enfants, et en collaboration avec leurs enseignants. 

Un projet en deux spectacles

LA CRÉATION TRÈS JEUNE PUBLIC 

Un spectacle de marionnette destiné plus particulièrement au très jeune public, qui mettra en scène un enfant (une marionnette) qui dessine et ses dessins prennent vie (des marionnettes abstraites de dessins). Cette forme sera courte (max 30 minutes) et facile à tourner dans des lieux non-dédiés au théâtre comme les crèches, écoles, médiathèques… afin d’aller à la rencontre de tous les publics. Pour cette création, la compagnie sera en résidence dans une école maternelle.

 

 LA CRÉATION TOUT PUBLIC 

 

La résidence en école primaire de “Création en cours” a pour objet de nourrir la création de ce spectacle. Il mettra en scène le développement de l’enfant (une ou plusieurs marionnettes) et son regard sur le monde, à travers sa production plastique. Cette forme propose également une double lecture : celle de l’enfant et de l’adulte. Plus longue (max 50 minutes), sera dotée d’un dispositif scénique plus complexe tel que le dessin en direct, une création lumière et des effets propres à la scène.

 

Note d'intention

Parce qu’ils sont en quelque sorte insaisissables à nos sens d’adultes, certains les qualifient de « gribouillage », d’autres, juste un peu plus grands que leurs auteurs, en disent qu’ils sont « mal faits » ; les dessins des jeunes enfants nous intriguent.

 

Mais alors quel sens ont les tracés des tout petits enfants ?

Une mémoire qui remonte à la conception de l’enfant ?

Une appréhension du mouvement à travers la trace ?

La traduction d’une vision du monde aujourd’hui invisible à nos yeux ?

 

C’est à partir de ces questionnements qu’est né le projet Ôlô, un regard sur l’enfance. Cette exploration est portée par les trois co-directrices de la Cie Le bruit de l’herbe qui pousse Élise Ducrot, Judith Guillonneau, Marie Julie Peters-Desteract.

 

Ensemble, elle rêvent, chacune à sa manière :

 

Élise : “Dans mes cartons d’école primaire, entre les fautes de dictées et les poèmes de Prévert, j’ai trouvé des tas de dessins : foisonnant de couleurs vives, de plantes, de maisons stéréotypés et de têtes rondes. Reflétaient-ils ma vision du monde à cette période de mon existence ? Un monde rempli d’arc-en-ciel, d’arbres, de cheminées et de visages aux mêmes sourires. Etait-ce de la colère dans mes traits énergiques et sombres ? Et de la joie dans ceux pastels et calmes ? 

Et si nous pensions à travers le geste ? Et si nous nous exprimions avec les couleurs ? Et si nous créons seulement par instinct et sensation ?” 

 

Judith : “Comment prend t-on conscience de soi en tant qu’individu et du monde qui nous entoure ? En mettant en parallèle différentes lectures sur la neuroplasticité et l’observation des dessins d’enfant, j’imagine la conscience des tout petits comme une sorte de matière brute. Ce magma toujours en mouvement, fusionnant l’intérieur et l’extérieur, se traduit sur le papier par des lignes brisés, des courbes, des spirales, des aplats, des points.

En grandissant, la conscience est sculptée à mesure des expériences vécues ; alors que les lignes et les traits s’organisent, apparaissent les premières formes de représentation. ”

 

Julie :“À la suite de Kandinsky, de Paul Klee et de bien d’autres artistes éveillés au dessin d’enfant, je suis fascinée et curieuse. Il me semble qu’il y a là tant de matière à penser, à ressentir et à s’émouvoir. En tant que plasticienne et marionnettiste, nous avons le pouvoir de mettre en scène le début de la vie, son développement, la construction du rapport à soi et à l’autre. Et si les très jeunes enfants ne peuvent pas expliquer ce qu’ils voient, ils nous offrent des traces concrètes de leur extraordinaire découverte du monde et d’eux-mêmes : des dessins. À nous de plonger, un instant, au cœur de ce que nous étions, il y a bien longtemps.”

 

Partie de l’acte fondateur du dessin, la zone d'intérêt des trois co-directrices s’étend rapidement au mystère du développement de l’enfant de 0 à … Quand donc notre perception du monde rejoint-elle celle de l’adulte?

Comment l’enfant se perçoit-il à mesure qu’il grandit? 

Comment perçoit-il le monde?

 

Là encore, la parole n’est pas le seul langage de l’enfant pour témoigner de son extraordinaire traversée. À travers notre transcription au plateau, nous souhaitons développer un univers visuel, sensoriel, intuitif et immédiat où seul le point de vue de l’enfant existe. Plutôt que d’affirmer, nous préférons questionner, explorer, ressentir... 

 

Recherche de terrain

Pour ce projet la compagnie est en résidence dans l'école maternelle de Cerizay (Bocage Bressuirais) d'octobre à Juin et souhaite également être en résidence dans une école primaire grâce à l’appel à projet “Création en cours”. (en cours de validation).

 

Pourquoi travailler avec les enfants ? Pour tenter de nous placer du point de vue de l’enfant. 

Pour qu’il nous dise, nous chuchote, nous montre, nous déroute, nous guide, nous autorise à entrer dans leurs univers, leur royaume... Qui fut aussi, un jour, le nôtre. Parce qu’ils sont à la fois l’objet de notre étude et notre public-cible.

 

En temps qu’objet de notre étude, le regard des enfants nous permettra de mettre en lumière leur processus de développement, autrement insaisissable, grâce à une investigation autobiographique, “archéologique” et rétrospective de leur propre production plastique.

 

En temps que public-cible, ils seront nos yeux. Co-créer avec les enfants nous permettra en temps réel de leur montrer comment nous traduisons leur développement et d’affiner la réception du spectacle pour être au plus près de leur sensibilité.

 

En filigrane, le propos du projet est de valoriser la capacité créatrice des enfants à travers un travail autobiographique qui met en lumière le prodigieux parcours de développement de l’enfant depuis son très jeune âge.

 

Nous sommes persuadées que ces moments pourront être de vrais échanges ; qu’ils enrichiront notre réflexion et notre création ; et que nous pourrons faire découvrir aux enfants, en retour, notre métier de créatrices.

 

Collaboration avec des professionnels

Il nous semble important que ces résidence en école primaire se fasse en partenariat avec ceux qui observent et accompagnent l’enfant quotidiennement : leurs instituteurs, les directeurs d’écoles, les parents et tous les membres de la communauté d’une école.

De même, dans le cadre du partenariat avec l’AGEEM (voir soutiens et partenaires), nous allons collaborer avec une chercheuse Fabienne Montmasson-Michel sur le développement de l’enfant, pour qu’elle nous guide dans nos questionnements. Cette chercheuse serra amenée à nous suivre lors de nos résidences à l’école.

L'ancrage du projet et la médiation culturelle

En parallèle du spectacle, le projet a pour vocation d’inclure les enfants et les enseignants dans un processus d’écriture scénique afin d’ouvrir le regard des enfants à la création artistique en dehors de l’école.

En filigrane, le propos du projet est de valoriser la capacité créatrice des enfants à travers un travail autobiographique qui met en lumière le prodigieux parcours de développement de l’enfant depuis son très jeune âge.

Collaboration avec une metteuse en scène de théâtre de marionnettes très jeune public 

Tout au long du processus de création Stanka Pavlova (Cie Zapoï) accompagne le spectacle en temps que regard extérieur.

 

Soutiens et partenaire

COPRODUCTEURS ET ACCUEIL EN RÉSIDENCE EN RÉGION NOUVELLE AQUITAINE
Scènes de Territoire - Bressuire (79)
(résidences - 18 au 22 janvier et du 1 au 5 février 2020 et diffusion le 8 juin dans la programmation du théâtre Scènes de Territoire à Cerizay)
Résidence en école maternelle de Cerizay (d'octobre à Juin, dans le cadre d’un CTEAC)
Théâtre Les CARMES - Rochefoucauld-en-Angoumois (résidence de plateau)

SUBVENTIONS & DISPOSITIFS
DRAC Nouvelle Aquitaine (soutien dans le cadre du CTEAC à Scènes de Territoire)
OARA 
Inspection Académique des Deux-Sèvres
L’AGEEM (soutien et accompagnement d’une chercheuse sur le développement de l’enfant)
Ville de Cerizay
Ateliers Médicis, Appel à projet Création en cours (dépôt de candidature en mai 2020)

COPRODUCTEURS ET ACCUEIL EN RÉSIDENCE HORS RÉGION

Le CYAM - Andresy (résidence de construction)

PAD-LOBA - Angers (residence plateau)

Cie Salamandre - Nantes (résidence de construction)

La génèse du projet

Avant de s’appeler Ôlô, la forme brève s’appelait ScriiibouilliS et ce spectacle était le projet de diplôme de Noémi Bélanger et Marie Julie Peters-Desteract, créé en2017 au DESS en Théâtre de MarionnettesContemporain à l’École Supérieure deThéâtre de Montréal.

Teaser de Scriiibouillis

Diffusion de Scriiibouillis

Juillet 2019 Festival Les petites formes de Montfavet, festival d'Avignon off
Aout 2019 Festival Mima
septembre 2019 Festival Mondial de marionnettes de Charleville-Mézières

Juin 2017 Université du Québec à Montréal 
Juillet 2017 au Festival International de Marionnettes du Saguenay
Août 2017 au Myeong-ju Puppet Festival
Mai 2018 au Festival Petits Bonheurs
Août 2018 au Festival Casteliers sur l’Herbe
Juillet 2019 Festival d'Avignon: Les Petites Formes de Montfavet (Avignon)
Aout 2019 Festival Mima (Mirepoix)
Aout 2019 Jardin d’Atyoula (Losse)
Aout 2019 Casteliers sur l'herbe (Montréal)
Septembre 2019 Festival Mondial de marionnettes de Charleville-Mézières (Charleville-Mézières)